JOUR 9 : TRAVEL (2/2)

En milieu d'après-midi, Oli arrive à la ferme. Il a promis à Konrad, Elise et moi de nous faire visiter des spots plus éloignés de la ferme. Nous avons hâte !

Pour commencer, nous nous arrêtons en chemin dans une boulangerie. Oli nous fait goûter des spécialités islandaises - très proches de ce que j'avais pu goûter en Norvège. Il s'agit de sortes de brioches avec du chocolat, de la pâte à chou et de la cannelle. C'est très bon !

Je regarde attentivement la vitrine, pour voir les produits proposés. Je suis surprise de voir des baguettes et des croissants, et encore plus étonnée quand je vois leur prix - 2€ le croissant et 4€ la baguette, aïe aïe aïe...



Notre prochain arrêt est une cave, située non loin de là. L'entrée de la cave se trouve au milieu de nulle part, sur un chemin non goudronné. Heureusement qu'Oli est là pour nous faire découvrir des lieux que seuls les islandais connaissent !
Nous descendons ainsi l'échelle, et atterrissons dans l'antre. Tout est très sombre, et nous n'avons que nos smartphones et une lampe à dynamo - que j'ai depuis le collège, et qui est bien pratique - pour nous éclairer. Le sol est glissant et nous devons sauter de pierre en pierre. Nous arrivons à la première chambre et y restons quelques instants. L'intérieur est magnifique, on peut voir de la roche volcanique très colorée. Cependant, nous sommes mal équipés : il nous faudrait un casque, de bonnes chaussures et de meilleures lampes. Nous décidons donc de faire demi-tour - la cave fait 500m de long, ce n'est pas possible de continuer dans ces conditions.


Nous reprenons la voiture et nous dirigeons vers la péninsule sud de l'Islande. Les paysages sont hallucinants : des montagnes volcaniques à n'en plus finir, entourées de vastes plaines mousseuses et caillouteuses. Nous faisons plusieurs arrêts - dont un pour observer une Eglise, qui a malheureusement été déplacée. Nous passons quelques instants près d'un lac qui a une couleur très pure : du turquoise presque parfait, si une telle chose existe. Le vent est très fort - un classique, en Islande - mais je me démène pour rester stoïque et prendre quelques photos.


Ensuite, Oli nous emmène voir un lieu très atypique : la zone géo-thermale de Seltún. Odeur d'oeuf pourri, soufre, fumerolle et mares de boue sont au rendez-vous. Bienvenue sur Mars ! 
A cet instant, j'ai l'impression de quitter la Terre. Rien ne ressemble à ce que j'ai pu voir depuis que je suis née - je n'ai que 21 ans, mais tout de même - et aucune vie ne semble possible. Je suis impressionnée par ce que la nature nous propose, et heureuse d'avoir découvert un tel lieu. Je savais que l'Islande était un pays aux paysages très différents, mais je ne m'attendais pas à voir cela ! Ce lieu est également riche en "hot springs", et on trouve de nombreux saunas naturels dans le coin. 


Je suis déjà très satisfaite de la journée et de tout ce qu'Oli a pu nous faire découvrir. Mais il nous emmène encore dans un lieu encore plus improbable. Selatangar, un ancien lieu de pêche, actif jusqu'à la fin du XIXe siècle et aujourd'hui en ruine ; où se trouve juste à côté le champ de lave de Katlahraun. Ce champ de lave s'est formé il y a environ 2000 ans, pour se déverser dans la mer. Le paysage est bluffant : des étendues de roche volcanique en mille morceaux. On aperçoit encore des cheminées qui s'étaient formées, ainsi que des tunnels. Il est difficile de marcher sur le sol, couvert de ces roches inégales, et fissuré. Gare aux trous ! 
En prenant des photos, je me rends compte que cela ne rend pas forcément très bien en image - le domaine est immense, et les anciennes cheminées font plusieurs mètres de hauteur. Je monte d'ailleurs sur l'une d'entre elles, et obtient une vue panoramique sur une partie du domaine (photo).



Derrière moi se trouve la mer - ou plutôt l'océan - et je me dirige vers la côte pour profiter de l'air marin. Comme d'habitude, il y a de grosses rafales de vent - mais je suis habituée !



Ensuite, direction l'aéroport de Keflavik où nous déposons Konrad. Il va en Pologne, faire une surprise pour l'anniversaire de son père ! Mais chut, c'est une surprise....

Nous sommes de retour à la ferme à 22h. Quelle journée ! Le trajet retour est passé vite avec la radio. En arrivant, je découvre de nouveaux vacanciers venus passer la nuit ici. Et surprise du jour : ce sont des français ! Qui plus est, de Marseille. Etant originaire du Sud de la France, cela me fait plaisir de réentendre notre bel accent et nos expressions - comme dégun. Nous discutons pendant une heure, parlons de l'Islande, de leurs voyages, du volontariat, des langues... Véritables globe-trotteurs, ils sont déjà allés aux Etats-Unis, en Afrique du Sud, Australie, et dans de nombreux pays européens. Nous rigolons quand nous réalisons qu'aucun d'entre nous ne sait dire plaques de cuisson en anglais - et que la française dit "fire" pour se faire comprendre (on dit effectivement que l'on fait cuire sur le feu, en français).
En discutant avec eux, je réalise que cela me manquait de parler français. J'écris évidemment sur ce blog en français, mais parler est différent. Je ne parle plus que l'anglais depuis que je suis à la ferme, et même si je le parle couramment, je n'ai pas la même fluidité qu'en français. Je m'exprime très différemment quand je parle anglais, et je fais passer les messages d'une autre façon. Peut être que je reviendrai sur les langues plus tard, mais cette expérience à l'étranger me fait prendre conscience que la langue que nous parlons défini en grande partie notre personnalité. 




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

POURQUOI L'ISLANDE ?

JOUR 7 : ESCAPADE A LA PISCINE

BALADE PRES DU LAC